La semaine des droits des femmes 

L’Ambassade de France en Birmanie et l’Institut français de Birmanie (IFB) célèbrent depuis 2019 la Journée internationale des femmes, le 8 mars, avec une semaine entièrement dédiée à la promotion des droits des femmes. Lors des deux premières éditions, l’engouement du public et le fort retentissement des différentes manifestations dans la presse ont assuré une excellente visibilité de l’action de la France en Birmanie, perçue comme un acteur majeur de la défense des droits des femmes. Les événements publics organisés à l’IFB ont permis de rappeler que la lutte contre les inégalités de genre et la promotion des droits des femmes représentent une des priorités de l’action internationale de la France. 

Première édition de la semaine des droits des femmes en 2019  

Plus de 1 500 personnes ont participé aux événements de cette première édition. Le 5 mars 2019, le vernissage de l’exposition « Women, We Men » de la jeune peintre birmane Chuu Wai Nyein, a été l’occasion de lancer officiellement la première semaine des droits des femmes et de dénoncer, à travers les œuvres de l’artiste, les pressions et les violences que subissent les femmes dans le pays et dans le monde. Le vernissage a été suivi d’une soirée autour du thème « Femmes et Paix », ouverte par une performance de l’artiste birmane Ma Ei, avec la diffusion de documentaires de la Yangon Film School (YFS) – partenaire du Fonds « Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d’acteurs » (PISCCA) du Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’ambassade de France en 2017 – et de la Women’s League of Burma. Ces films portaient sur les conséquences des conflits armés sur les femmes et l’importance de leur participation dans le processus de paix en Birmanie. Ils ont ensuite fait l’objet d’une table-ronde composée de cinq personnalités de la société civile birmane.

L’IFB a également accueilli des événements organisés par des organisations de la société civile, tels qu’une conférence de presse de la Women’s League of Burma et un lancement de campagne de sensibilisation sur la santé menstruelle de l’association Pan Ka Lay. Un troisième événement, co-organisé par l’IFB, a eu lieu le 4 mars 2019 à l’hôtel G Yangon afin de promouvoir la campagne « #Ask for zarni », visant à lutter contre le harcèlement dans les bars de Rangoun.

Les 7 et 8 mars 2019, l’IFB a accueilli deux représentations des « Monologues du vagin », l’une en langue anglaise, l’autre en langue birmane. Cette dernière constituait une véritable première. La pièce n’avait été jouée en Birmanie qu’une seule fois auparavant (en 2018) et en langue anglaise uniquement. La représentation en birman a permis de toucher un public plus large et d’ouvrir le dialogue sur la sexualité et l’image du corps de la femme, sujets particulièrement tabous en Birmanie.

Deuxième édition de la semaine des droits des femmes en 2020 

Du 2 au 6 mars 2020, douze manifestations ont été organisées à la résidence, à l’IFB et à la Chambre de commerce et d’industrie France – Myanmar (FMCCI), pour la semaine des droits des femmes. Ces rencontres ont été l’occasion d’aborder les enjeux liés au monde de l’entreprise, aux sports olympiques, aux expressions artistiques, ainsi qu’à la presse, l’action humanitaire et l’activisme, ou encore la vie politique birmane dans le contexte des élections générales de 2020.

L’édition 2020 a débuté le 3 mars avec la diffusion en plein air du film français « Comme des garçons », une comédie de Julien Hallard retraçant l’histoire de la première équipe féminine française de football. Une centaine de personnes dont un grand nombre de jeunes footballeurs et footballeuses y ont participé.

L’IFB a accueilli l’exposition “Je suis féministe et je l’affiche”, fruit d’une collaboration avec le collectif féministe français “La Rage”, qui rassemble des affiches féministes venues du monde entier. Le collectif disposant principalement d’affiches provenant d’Europe et d’Amérique latine, l’Ambassade de France et l’IFB ont lancé, dès l’été 2019, un appel à contribution afin de pouvoir disposer d’affiches venant de Birmanie et plus largement, d’Asie. Celles-ci sont venues enrichir la collection et ont été exposées pour la première fois à Rangoun dans le cadre de cet événement.

Le 4 mars 2020, Daw Htar Htar, fondatrice de l’organisation non gouvernementale Akhaya Women Myanmar, a présenté, lors du vernissage, son analyse sur le féminisme en Birmanie ainsi que la contribution de son organisation à l’exposition. Akhaya Women Myanmar a notamment fourni l’affiche qui a été reprise pour l’ensemble des visuels créés pour la semaine des femmes (Cf image ci-dessous).

La soirée du 4 mars s’est prolongée avec le tout premier enregistrement d’un podcast en direct dans le pays. L’activiste féministe Nandar, de l’organisation Purple Feminists Group, interviewait en direct l’influenceuse Win Min Than, afin d’explorer la question du « consentement » au cœur de la loi sur le droit des femmes en cours d’examen au parlement birman. L’événement a touché bien plus que les 120 personnes, majoritairement des jeunes filles birmanes, présentes à l’IFB. La vidéo du podcast a été visionnée par plus de 30 000 personnes et partagée 500 fois.

La journée du 5 mars 2020 a été consacrée à la place des femmes dans les élections générales prévues en novembre 2020. Cet événement, organisé au nom de l’Union Européenne, a consisté en une table-ronde sur la place et le rôle des femmes dans les élections à venir, la manière dont elles peuvent y participer et les défis auxquels elles font face. Le panel était composé de membres du Parlement régional de Rangoun et de la société civile birmane. Des stands d’organisations de la société civiles travaillant sur la thématique ont été montés pour l’occasion et ont été des lieux d’animation, de partages et de débats.

La semaine des droits des femmes s’est clôturée le 6 mars, avec une soirée proposant un spectacle visuel et musical élaboré par trois artistes français. Cette performance musicale était accompagnée de discours clés et d’images de figures féminines qui ont contribué à l’avancée des droits des femmes dans le monde. La soirée a débuté par une performance chorégraphique visant à promouvoir la sécurité des filles en Birmanie, dans le cadre d’une campagne lancée par l’association « Bridge », en collaboration avec l’organisation non gouvernementale « Girl Determined ». L’artiste Youn Ni Ko, chanteuse célèbre de la scène locale et égérie de cette campagne, a joué quelques morceaux, dont la chanson manifeste de cette campagne.

Sur l’ensemble de la semaine, environ 800 personnes ont participé aux événements organisés à l’IFB.



Lors des deux éditions, l’Ambassade a organisé des rencontres autour de l’ambassadeur avec des représentantes d’organisations de la société civile (OSC) travaillant sur les droits des femmes, des sportives, des femmes scientifiques, des femmes actives dans le domaine de l’action humanitaire, des femmes politiques, journalistes, ainsi que des artistes-plasticiennes.